« Même si tu manges un hot dog, ça ne va pas te faire engraisser! »

Choix alimentaire

« Même si tu manges un hot dog, ça ne va pas te faire engraisser! »

Le refus de manger un met ou un aliment = désir de perte poids ou peur d’en prendre??? ah, ouin?

Aujourd’hui c’est un événement vécu qui m’amène à partager mon opinion sur « les choix alimentaires. »  Je vous raconte.

Lors d’une fête où, comme à toutes les fêtes, on partage un repas et où souvent l’alcool coule à flot, on m’a offert un « hot dog » ou un « chien-chaud ». Bizarre ce nom! Quoi qu’il en soit j’ai répondu : « non merci je ne mange pas de hot dog » et la personne de me répondre : « Même si tu manges un hot dog, ça ne va pas te faire engraisser! » Cette réponse m’a rendu perplexe et m’a amené cette réflexion pour ce blogue.

Quand on ne mange pas un aliment ou un met, c’est automatiquement parce qu’on ne veut pas prendre de poids?

Ah Ouin !!!!

Suite à cet événement, j’ai envie de clarifier quelques points sur les choix de consommer ou de ne pas consommer certains aliments, sur les jugements … et peut-être sur la culpabilité.

Souvent lorsque quelqu’un refuse de manger, on va entendre les commentaires et réflexions suivantes :

Es-tu au régime?

Tu veux perdre du poids?

Tu n’as pas de poids à perdre!

C’est quand même incroyable que le seul fait de ne pas consommer un aliment amènent les gens à rapidement faire le lien avec votre gestion de poids! Il y a pourtant plusieurs raisons pour ne pas manger.

Imaginez le contraire…Qu’arriverait-il si on se mettait à dire à la personne qui mange 2, 3 ou même 4 hot dogs et plus : « Pourquoi tu manges autant de hot dog? Es-tu conscient que tu manges des calories vides? Tu devrais faire attention pour ne pas prendre de poids, tu aurais bien quelques kilos à perdre. »

Oufff! Je ne suis pas certaine que ces commentaires seraient les bienvenus. Surement que la plupart des gens les trouveraient déplacés et ils le seraient.

Pourquoi tu te prives?

Qui a dit que je me privais? Peut-être que je n’avais pas ou plus faim, peut-être que je n’aime pas cet aliment, peut-être que je fais tout simplement le choix de pas consommer cet aliment.

Imaginez le contraire… Qu’arriverait-il si on se mettait à dire à la personne qui mange lesdits hot dog : « Pourquoi tu manges autant de hot dog? Ouin, tu ne te prives pas, il me semble que 1 serait suffisamment ! Et … by the way … ce n’est peut-être pas nécessaire d’ajouter autant fromage, de la mayonnaise et de la relish! »

Probablement que l’on se ferait dire de se mêler de nos affaires … avec raison.

Envoye-donc, t’es ben plate!

En quoi suis-je plate ? Le fait pour une personne de ne pas faire la même chose que tout le monde, fait de cette personne une personne plate ? Tout le monde le fait, fait le donc comme on dit!

 

Imaginez le contraire… Qu’arriverait-il si on se mettait à dire à la personne qui mange 2-3 hot dog : « Pourquoi tu manges autant de hot dog? T’es dont ben plate?  Tu ne fais pas attention à ta santé? Tu devrais vraiment faire de meilleurs choix alimentaires!  C’est dommage que tu consommes des aliments si peu nutritifs, tu as pensé aux conséquences sur ta santé? »

Hummmm, je ne suis pas certaine que ces réflexions seraient bien accueillies.

Ce n’est pas différent pour l’alcool!

On entend aussi souvent ces réflexion lorsqu’il est question de consommation d’alcool.

Tu ne bois pas? Envoye-donc un juste un petit verre… on a juste une vie à vivre!

Envoye-donc on est en vacances, il faut en profiter!

Ah tu ne bois pas d’alcool, t’es enceinte? Tu prends des médocs? Ça feel pas?

Donc, si on suit cette logique, les seules raisons qui justifient le fait de ne pas boire d’alcool sont d’être enceinte, d’être malade ou de prendre des médicaments, eh ben! Ah oui et pour profiter des vacances, il faut boire de l’alcool … genre la bouteille.

Peut-être que j’ai déjà pris un verre et que je n’en veux plus! Peut-être que ça ne te regarde tout simplement pas.

J’ai bien eu envie de répondre : Mais c’est quoi  le problème? En quoi ça peut changer quelque chose pour les autres ?

Attention je ne dis pas de ne pas manger de hot dog, ni de ne pas boire d’alcool!

Pas du jugement. C’est juste que j’observe que souvent les gens qui font le choix de faire de meilleurs choix alimentaires sont souvent stigmatisés par rapport à leur choix, alors qu’il ne serait pas permis de faire trop de commentaires sur les gens qui, de leur côté, ne font pas de bons choix alimentaires et même souvent ne font pas les bons choix santé.

C’est bizarre de constater qu’on se permette plus de commentaires face à cette catégorie de gens. Serait-ce pour se déculpabiliser de ne pas faire les bons choix, de ne pas être en santé ou vouloir atteindre un minimum de bien-être.

Je pose la question.

Pour en finir avec ma position personnelle sur les hots dogs cet aliment malbouffe, je ne me prive pas du tout lorsque je décide de ne pas en manger. Cet aliment ne fait pas partie des choix alimentaires que je fais pour me nourrir, pour ma santé et c’est tout ! Et pour l’alcool, selon moi encore, la modération a bien meilleur goût.« Même si tu manges un hot dog, ça ne va pas te faire engraisser! » Non mais, ça ne va pas contribuer à me maintenir en bonne santé !

Finalement, à chacun de faire ses choix et si on culpabilise en rapport à nos choix, ben qu’on le garde pour choix … oups! Pour soi.

Pascale Doré

Praticienne de la santé/Coach alimentaire

Toujours sainement rebelle

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *